Soins

Médecine esthétique intime homme

Comme pour les femmes, il existe des soins médicaux conçus pour l'intimité de l'homme... réversibles, quasi indolores, sans cicatrices ni complications sévères, l'acte médical se réalise sous anesthésie locale, en moins de 40 mn, au cabinet même.

Trop petit, pas assez large, “syndrome du vestiaire”, absence d’harmonie (entre la verge & le gland ou entre le sexe & la corpulence du corps), sensation de flottement, absence de plaisir ou plaisir trop rapide, le pénis reste au coeur des préoccupations masculines (symboles de virilité, de puissance, de fertilité) et des relations amoureuses : ne pas éprouver de satisfactions peut entrainer des troubles de la sexualité, des troubles sociaux, des troubles de l’épanouissement personnel, des troubles psychologiques et enfin un mal-être… Tout le contraire de la médecine anti-âge !

Attention cependant à la “culture internet” (pornographie) et aux demandes idéalistes : un rapport normal ne dure pas 4h et la taille moyenne du pénis n’est pas 25 cm (plutôt 7 à 10 au repos et 12-16 cm en érection) !

Cessez donc de vous mesurer avec un double-décimètre, car comme dit le vieil adage, “ce n’est pas la taille qui compte (…)” !

Pénoplastie d’élargissement

Il s’agit d’une modification de la largeur du pénis – maximum 6 cm de diamètre, par injection d’acide hyaluronique (et pas des testicules). Il s’agit de la demande la plus courante, touchant le plus souvent des hommes ayant un sexe de taille normale, mais qu’ils désirent embellir. Le volume injecté n’est pas proportionnel à la libido, mais il peut permettre de redonner confiance au patient et servir d’élément déclencheur pour une sexualité épanouie.

Après une anesthésie locale, 1 point d’entrée unique dans le repli balano-prépucial permet de faire entrer une canule spécifique pour déposer de l’acide hyaluronique moyennement réticulé avec lidocaïne dans les 3/4 antérieure du fourreau (pas le 1/4 postérieur où il y a l’urètre) : comptez entre 4 et 15 seringues au total, en 1 à 3 séances, pour une durée de 2 ans en moyenne (30 à 50 % de résorption à 1 an selon l’activité sexuelle). De quoi harmoniser votre intimité avec le reste du corps ou de retrouver des sensations oubliées et se sentir mieux “entouré”… Finie la sensation de flottement !

Les résultats varient en fonction de la quantité injectée, et les complications peu fréquentes : quelques douleurs, voire des hématomes tout au plus, rarement un oedème, et exceptionnellement une migration du produit dans les bourses. Pour ne pas modifier la répartition du produit déposé, il est conseillé de ne pas avoir de rapports sexuels durant 5 à 7 jours.

Si le résultat est satisfaisant, vous pourez ainsi renouveler l’opération les années suivantes.

Avec le temps, au fils des injection, une fibrose se forme, ce qui va pérenniser les résultats et nécessiter moins de seringues.

Il est aussi possible de rendre votre gland plus gros ou plus arrondi avec les injections d’acide hyaluronique, pour l’harmoniser (ou pas) avec le reste de la verge (à faire après élargissement du fourreau). Comptez alors 1 à 2 seringues, pour une durée de 1 an.

Il existe encore actuellement une alternative : la lipostructure avec une autogreffe de graisse. Cependant, avec le recul, les chirurgiens se replient lentement mais sûrement sur les injections d’acide hyaluronique, sans risques graves : risques liés à l’anesthésie, résultats insuffisants par résorption de la graisse, résultats irréversibles en cas d’échec ou de complications, aspect irrégulier de la peau, risque de fibrose / induration de la verge, risque d’épaississement en cas de prises de poids, texture molle souvent désagréable pour le patient… Autant d’inconvénients qui orientent les patients, comme les praticiens, à l’injection d’acide hyaluronique… réversible.

Pénoplastie de rallongement

Pour un rallongement de verge – maximum 3 cm, il est possible d’injecter 2 à 4 seringues à la base du sexe, en profondeur, pour projeter la verge… ou alors, opter pour une chirurgie sus-pubienne, afin de couper le ligament suspenseur de la verge : gagner quelques centimètres… mais au repos uniquement !

En général, cet acte est réalisé en même temps que la pénoplastie d’élargissement ; car on ne peut pas traiter la longueur sans traiter la circonférence, alors que l’on peut traiter la circonférence, sans forcément traiter la longueur…

Il faut aussi penser à traiter l’écrin qui entoure le phallus, pour le mettre en valeur ! Il s’agit d’indications chirurgicales, telles que la lipoaspiration du pubis, l’épilation intime (laser ou pas) ou encore lifting de la verge. Si besoin, le Dr Durantet vous réorientera alors vers un confrère chirurgien.

Éjaculation précoce

Autre souci majeur de la gente masculine, la durée des rapports… simple gêne narcissique ou réel handicap dans une sexualité de couple : l’éjaculation précoce.

Cependant, attention à la culture internet : “NON, les rapports ne durent pas 4 heures en moyenne !” ; le timing est variable selon les individus, le tout étant d’être content de ses performances et/ou de faire plaisir à son partenaire ; une consultation avec le ou la conjoint(e) peut permettre d’objectiver les troubles.

NB : évidemment, les éjaculations avant pénétration ou avec d’importants retentissements psychologiques nécessitent un encadrement psychologique.

Si penser à autre chose durant l’acte ou maitriser la contraction de son périnée ne marchent pas, une simple injection sous-muqueuse d’acide hyaluronique peu réticulé avec lidocaïne peut améliorer (partiellement) le problème… Comptez 2 à 6 seringues d’acide hyaluronique en moyenne, pour 85 % de résultats positifs en moins de 30 mn.

En injecant à la base du gland et sous la muqueuse, le contact avec le tissu nerveux est diminué et donc moins de stimulations… sans pour autant perdre du plaisirs ! On ne touche pas à la sensibilité mais on diminue l’excitabilité… C’est un peu comme les mamelons après des implants mammaires.

De plus, votre partenaire peut même ressentir un bien être avec ce nouveau relief !

Comme pour n’importe quelle injection, une crème anesthésiante est nécessaire ainsi qu’une petite anesthesie locale ; puis, des hématomes fréquemment, et une éviction sexuelle de 5 à 7 jours.

Ainsi, à chaque problème, une solution !

Le Dr Durantet dédie un site spécialement réservé à l’intime.

Retour